Paris Metropole … de nuit


BONSOIR, BIENVENUE…

PARIS MÉTROPOLE… de nuit

est un blog créé par des étudiants de l’ENSAPM (5e semestre, 2009), dans le cadre d’un enseignement conduit par Marc Armengaud.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////// PRÉSENTATION

>>> La nuit est un état du territoire urbain radicalement original, dont les enjeux ne sont pas ceux de la ville diurne. Le programme des villes est pourtant massivement conditionné par les impératifs du jour (efficacité, fonctionnalité, productivité), où la nuit n’est qu’une parenthèse incertaine trop souvent réduite à la « nightlife » ou à la réparation des forces du jour. En réalité les grands enjeux stratégiques des métropoles contemporaines (densité/accessibilité, redéfinition des conditions de l’espace public, re-programmation des infrastructures, ré-enchantement des villes, coexistence des communautés, compétition pour l’attractivité métropolitaine, le rôle des « classes créatives »…) se jouent de plus en plus ouvertement autour du destin nocturne des grandes villes qui commencent à investir ce territoire temporel, au moins au plan symbolique (culturel).

>>> La nuit comme nouvelle frontière et comme laboratoire. Mais pour quoi faire ? Le risque serait d’instrumentaliser la nuit, et inévitablement de l’effacer. Au contraire, la nuit propose des valeurs qui lui sont propres, qui pourraient même devenir un outil pour repenser le jour. Mais quel type de valeurs ? Si elle est bien un état autre du territoire, la nuit ne peut pas être seulement une nouvelle norme ou une anti-norme. C’est un enjeu de réflexion expérimentale et de création, qui ne peut s’appuyer sur une tradition scientifique ou artistique clairement constituée : la vision nocturne des villes reste encore largement floue.

>>> Il faut donc repartir de l’expérience perceptive du nocturne, comme paysage. C’est un miroir tendu à l’histoire des cultures et en particulier de l’histoire des idées. Penser l’expérience nocturne, c’est donner un statut à l’inverse, au négatif, à ce qui inquiète ou à ce qui manque. Selon les époques, la nuit c’est pêle-mêle : la mort, la féminité, le temps du destin, la connaissance ou au contraire l’ignorance, la subjectivité critique, le diabolique ou le romantique… Ces strates historiques de la compréhension du paysage d’après la fermeture, nous sont nécessaires pour comprendre l’importance de l’état actuel de la nuit urbaine. Mais elles doivent se poursuivre par un travail d’exploration sensible et analytique de situations nocturnes. Où est la nuit contemporaine, quelles sont ses matières et ses conflits, ses formes et ses puissances?

>>> Enfin, c’est un sujet sur lequel il y a quelques éclaireurs engagés dans des pratiques innovantes. A rebours des mainmises sécuritaires ou des logiques commerciales qui neutralisent le nocturne comme intensité originale, des acteurs informels de la scène architecturale et artistique prennent pied dans ce paysage stratégique. Que pouvons-nous apprendre de leurs interventions ? Et quelles nouvelles stratégies pourrions-nous mettre en œuvre dans le cadre de ce séminaire?

>>> Cet approfondissement du premier semestre de 3e année sera organisé sous la forme d’un séminaire sur les enjeux urbains des villes envisagées sous l’angle nocturne, et d’un atelier d’expérimentation, permettant aux étudiants de mettre en pratique une stratégie nocturne qui fait l’objet d’une restitution écrite et visuelle et d’une micro exposition. La réunion de tous ces travaux sur ce Blog esquisse un atlas descriptif et opérationnel de situations nocturnes parisiennes et franciliennes.

Marc Armengaud








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.